Saint-Geniez-d’Olt, au fil de l’eau

Cet été, pendant notre séjour en Aveyron à Sainte-Eulalie d’Olt, nous avons découvert la charmante bourgade de Saint-Geniez-d’Olt, à quelques kilomètres seulement de Sainte-Eulalie et plongée elle aussi dans ce cadre verdoyant et doux de la vallée du Lot. Située entre les Causses et l’Aubrac à environ 400 mètres d’altitude, Saint-Geniez nous a offert une halte de fraicheur et de bonnes saveurs. On vous fait découvrir nos coups de cœur, entre initiation à la pêche, dégustation de bière et bonnes adresses.

IMG_5195

Le coup de cœur d’Hélène : le parcours de pêche

Je vais vous avouer un petit secret. Depuis que l’on voyage ensemble avec Paule-Elise, je lui fais croire qu’elle est une control freak alors que moi je suis méga relax et que j’improvise tout le temps. En vérité, si Paule-Elise est la reine des GO, j’ai moi aussi quelques idées bien précises de ce que je veux faire pendant mes vacances.

IMG_5149

Par exemple, avant l’Aveyron, j’avais des envies de pêche. Je sais que c’est étrange pour quelqu’un qui prétend se soucier du bien-être animal mais c’est le paradoxe de ce type d’activité. D’un côté, vous causez des douleurs à un être vivant, de l’autre, le fait de  pêcher implique un rapport privilégié avec la nature. J’en parlerais plus en détail une prochaine fois, mais en gros, les meilleurs écrivains de « nature writing » comme Jim Harrison ou Ernest Hemingway étaient des fans absolus de pêche et vous ne regardez jamais aussi attentivement une rivière que lorsque vous voulez y attraper quelque chose.

20180816_122544.jpg

Pour moi, la pêche, c’est aussi de bons souvenirs, des parties entre potes (ben oui, en Mayenne, on a pas trois mille façons de se distraire), des moments privilégiés avec mes grands-pères, pas bavards ni l’un ni l’autre et qui aimaient taquiner le poisson. Je me souviens aussi d’une mémorable partie de pêche avec mon père où, voyant que le poisson refusait obstinément de mordre, il les appâta avec des pains au chocolat avec, je dois dire, beaucoup de succès.

Bref, j’avais envie de renouer avec cette tradition et l’Aveyron était l’endroit parfait pour ça. Des cours d’eau abondants avec de l’eau limpide et une nature magnifique qui donne envie de s’y plonger toute entière. Les offices de tourisme du coin le savent bien et mettent l’accent sur un tourisme halieutique avec de superbes parcours aménagés, dont celui de Saint Geniez d’Olt.

IMG_5156

Ce parcours, c’est trois kilomètres de promenade bucolique le long du Lot en partant de Saint-Geniez. Balade facile pour les enfants, accessible à tous, avec en plus des pontons aménagés pour les fauteuils roulants. Il faut vous imaginer notre équipe : un chien qui déteste la chaleur et qui ne souhaite qu’une chose, faire la sieste près de l’eau ; moi avec mon chapeau de paille, mon permis de pêche « Découverte femme » à moitié prix et ma nouvelle canne à pêche à 12 euros me prenant pour Huckleberry Finn ; et Paule-Elise qui me soutient car c’est ma femme.

IMG_5189

On part sous la chaleur. Très vite, on se trouve une petite plage avec des rochers. Quelques pêcheurs sont déjà là, mais il y a de la place pour tout le monde. Il faut savoir une chose sur l’Aveyron. C’est rempli de poissons. Même une parfaite débutante peut attraper son lot de gardons. Le truc, c’est que je ne voulais pas leur faire de mal. De toute façon, le plus amusant, c’est de trouver le bon endroit pour lancer la ligne (merci Hemingway), de voir le bouchon plonger dans l’eau et de sentir une petite résistance au bout de la ligne. Je ne compte pas les manger alors peu m’importe de les ramener. J’ai donc modifié mon hameçon pour qu’il ne pique plus. En gros, la pêche pour moi, ça consiste à nourrir des poissons avec du pain, de les sentir mordre et qu’ils se décrochent tout seul.

J’ai passé une journée géniale. Il y a eu touches sur touches de petits poissons puisque les truites avaient désertés le Lot pour cause de grosse chaleur et parce que la rivière était particulièrement basse. En fait, pour une débutante, le parcours famille avec ces poissons bienveillants est juste parfait. Vous n’êtes pas obligés de saboter votre hameçon mais forcément, c’est plus sympa en no kill. Chut. Paule-Elise n’en sait rien encore mais l’année prochaine, je crois que je vais me lancer dans la pêche à la mouche… Des heures de jeu en perspective.

20180816_142512.jpg

A lire au bord des rivières (1)

IMG_5166

On aime bien trouver des lectures qui font écho aux lieux qu’on visite. Vous savez peut-être qu’on a voyagé l’été dernier sur les traces d’Hemingway… Ernest était, entre autres, un fameux pêcheur et il a écrit de très belles nouvelles de rivière, avec une atmosphère qu’on pourrait tout à fait transposer à cette vallée du Lot si préservée.

« Assis sur les troncs d’arbres, il fumait et se séchait au soleil, et le soleil lui chauffait le dos. Devant lui, la rivière maintenant peu profonde pénétrait dans le bois, s’incurvait dans les bois, hauts-fonds, reflets de lumière, grosses roches polies par l’eau, cèdres le long des rives, bouleaux blancs, troncs d’arbres, tièdes au soleil, lisses et agréables pour s’y asseoir, sans écorce, gris au toucher. » 

La grande rivière au cœur double, in Les Aventures de Nick Adams

Le coup de cœur de Paule-Elise : la brasserie d’Olt

Qui dit eau, dit aussi bière ! C’est ce que nous explique le patron de la brasserie d’Olt, et nous apprenons avec surprise que la qualité de l’eau est déterminante pour faire une bonne bière. Ça tombe bien, l’eau qui vient du plateau de l’Aubrac est d’une grande pureté. La brasserie d’Olt a été créée par des passionnés en 1998 et quand vous vous baladez dans la région vous trouvez facilement ses bières et ses sodas dans les bars et les restaurants.

IMG_5374

En été, il est possible de visiter la brasserie plusieurs fois par semaine, alors n’hésitez pas ! Le patron et sa femme sont très sympas et vous serez accueillis chaleureusement. C’est une visite agréable et instructive, pendant laquelle on apprend quels sont les ingrédients nécessaires pour fabriquer la bière (céréales, houblon, arômes, eau). Ensuite on visite le lieu de production, avec les cuves et les différentes étapes de fermentation. Et enfin… on déguste ! Même si tous les produits ne sont pas locaux, la brasserie d’Olt apporte un soin particulier à choisir des ingrédients de qualité et sans OGM.

Perso, on aime tout particulièrement la blonde et l’ambrée de la gamme Aubrac. Mais si vous ne buvez pas d’alcool, pas de souci. Les sodas sont aussi super bons, très fruités, peu sucrés et bio. En plus les parfums sont originaux : châtaigne, myrtille ou sureau. Et certains produits revendiquent leur identité occitane, à l’image de la bière « Sabetz que leu » et de l’incontournable Colt Cola. Autant vous dire que l’assortiment qu’on a acheté sur place n’a pas tenu jusqu’à Paris ! Heureusement, on a retrouvé la brasserie d’Olt pendant le marché des pays de l’Aveyron en octobre. (Mais la nouvelle cagette n’a pas fait long feu non plus).

20181014_153811.jpg
Shopping aveyronnais au Marché des pays de l’Aveyron : fouace, tomme, liqueur de châtaigne, crème de marrons… et l’assortiment de bières de la Brasserie d’Olt

A lire au bord des rivières (2)

20180815_144006.jpgPendant qu’Hélène pêchait, j’ai lu « Et au milieu coule une rivière », de Norman Maclean, et j’ai trouvé que ça se prêtait tellement bien à ce cadre. Une histoire de famille, de fratrie et de nature, d’une grande simplicité et qui touche droit au cœur. Ok, l’Aveyron c’est pas exactement le Montana, mais en attendant de découvrir un jour les grands espaces américains, ça fait diablement l’affaire.

« Que le monde était beau jadis. On pouvait laisser la bière à rafraichir dans la rivière et, quand on revenait, elle était si froide qu’elle moussait à peine. C’était de la bière brassée dans la ville la plus proche, pour peu que celle-ci compte dix mille habitants. Que le monde était merveilleux jadis, à l’époque où on pouvait boire de la bière qui ne soit pas automatiquement importée de Milwaukee, de Minnaepolis ou de Saint Louis. »

IMG_5168

Nos bonnes adresses

Le centre de Saint-Geniez se prête parfaitement à la balade et on y a trouvé quelques bonnes adresses qu’on partage avec vous. Ne manquez pas l’église Saint-Geniez, la statue des Marmots sur le pont ou encore le cloître de l’ancien couvent des Pénitents. L’église des Pénitents est visible à certaines heures. Dans le cloître, faites un tour à l’office du tourisme, qui organise plein d’activités pour tous les goûts (visites de ferme, randonnées, rencontres avec des artisans etc…).

IMG_5198

Pour acheter de quoi faire un pique-nique : la pâtisserie Caubel

Comment vous dire ? On a eu un véritable coup de cœur pour cette pâtisserie qui ne paie pas de mine mais qui propose des spécialités authentiques et savoureuses. Essayez donc les farçous, ces galettes aux œufs et aux herbes qui sont typiques de l’Aveyron, complétez avec des gâteaux aux noix ou à la myrtille, allez vous installer sur les bords du Lot avec ça et savourez… C’est juste le bonheur. (Rue du Commerce).

IMG_5191

Pour ramener des souvenirs : le Braqueur de sens

Alors voilà une épicerie fine comme on aime et où on a envie de tout acheter. Vous y trouverez des confitures, du vin, des aromates, du ketchup fermier, du chocolat, des bons fromages ou encore les mythiques chips de l’Aveyron ! Nous on a craqué pour de la gelée de sureau et un savon au thé d’Aubrac (pas pour manger, du coup). (14 rue de l’Hôtel de Ville)

IMG_5190

Pour boire un verre en terrasse avec vue sur le Lot : le café du Pont

On y a bu quelques verres, et même fait quelques rencontres très sympas, sur cette terrasse qui donne sur le Lot, le pont et l’église… Que demander de plus ? Le soleil qui vient taper dans la bière, une fin de journée d’été, l’envie que le temps s’arrête… Toute la douceur de vivre aveyronnaise. (2 place du Marché)

20180816_115437.jpg

Pour changer de l’aligot : la crêperie chez Antoinette

Oui, il peut arriver qu’on ait envie de changer de l’aligot, parfois. Rarement, mais parfois. Votre organisme risque de vous le rappeler : l’aligot, c’est avec modération ! Alors cette petite crêperie fort sympathique tombait à pic, avec des produits bio et locaux, une bonne traçabilité, une belle terrasse et un accueil très sympa. (4 place du Marché).

20180820_193728.jpg

20180815_151232.jpg

Et Ruby tient à signaler que le café et la crêperie étaient totalement dog friendly.

 

Cet article fait partie du RV interblogueur #EnFranceAussi créé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Le thème de ce mois-ci est « la France bucolique », choisi par Pierre du blog Mon Grand Est. Un thème parfait pour évoquer l’Aveyron !

Suivez le hashtag pour retrouver plein d’inspiration campagnarde aux quatre coins de l’Hexagone !


18 réflexions sur “Saint-Geniez-d’Olt, au fil de l’eau

  1. je note qd même que vs avez toutes les 2 un rapport particulier avec le pain au chocolat hein ?
    ces moments avaient l’air bien charmants
    je ne connais pas du tout le coin moi

    J'aime

  2. Mais c’est qu’Hélène parle de pêche avec passion … et mon Dieu, si elle se met à la pêche à la mouche, t’es foutue Paule-Elise, les pêcheurs deviennent complètement obsessionnels après ^^
    Mais si le Père Noël (quel bel homme) cherche une idée cadeau (puisqu’il est aussi question ici de bouquins), je vous conseille vivement les ouvrages de John Gierach, un auteur 100% pêcheur à la mouche 🙂

    J'aime

  3. Oh comme c’est sympathique comme balade ! moi je m’arrête à la bière :p en revanche la pêche ça n’est pas mon truc, même su Jeff voudrait bien de temps en temps qu’on essaye !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s