Sainte-Eulalie d’Olt, le retour aux sources

C’est l’histoire d’une promesse que je me suis faite il y a longtemps : celle de redécouvrir le pays natal de mon grand-père paternel, ce petit coin de vallée du Lot situé en Aveyron qui a constitué une source d’inspiration si forte pour lui qu’il l’a peint toute sa longue vie alors qu’il l’avait quitté à 15 ou 16 ans.

IMG_5203
Ça c’est pour poser le décor ! Toujours sympa de voir le nom du grand-père à l’entrée du village !

Je pensais que ce voyage arriverait plus tard dans ma vie, mais comme on dit, l’occasion fait les larrones ! Après une invitation dans la vallée du Lot-vignoble l’automne dernier et le Salon des blogueurs voyage à Millau au printemps, c’est comme si un gros signal clignotait et disait : allez, c’est maintenant ! Et vu que je ne suis pas contrariante, j’ai dit ok. Hélène a dit ok. Ruby a dit ok. Des fois, il faut juste se laisser porter par les opportunités. Alors cet été on est descendues en van depuis Paris pour se poser deux semaines à Sainte-Eulalie d’Olt.

20180814_143148.jpg

Le village

Il faut dire que ce n’est pas très difficile de convaincre quelqu’un de passer du temps dans un village labellisé « Les plus beaux villages de France ». Avec ses façades de maisons construites en galets du Lot, ses toits de lauze, la silhouette de son château du 15ème siècle, ses balcons fleuris, son ancien moulin, son église romane, Sainte-Eulalie explose le taux de mignonnerie.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rajoutez à cela la présence du Lot aux eaux claires et un environnement de collines où forêts et pâturages alternent… vous y êtes ? C’est juste parfait. Située à 400 mètres d’altitude au pied de l’Aubrac, Sainte-Eulalie s’offre même le luxe de nuits fraiches en plein été, de réveils dans la brume et d’après midi ensoleillées. Une vraie douceur irradie de cet endroit.

IMG_5221
L’ancienne pile romaine, qui témoigne que Sainte-Eulalie a longtemps été un lieu de passage entre l’Aubrac et le Causse, pour le commerce mais aussi pour le chemin de Compostelle

Mais Sainte-Eulalie, ce n’est pas juste beau. Si vous vous arrêtez seulement pour une balade dans le village, vous passerez vraiment à côté de quelque chose. Car sous ses abords charmants, Sainte-Eulalie a du caractère ! Prenez le temps et restez donc un peu. Assistez à la visite guidée de Karine, de l’office du tourisme, écoutez-la raconter l’histoire du village et vous donner envie de revenir en évoquant les temps forts de la vie locale, comme la Sainte-Epine en juillet ou la Poule Un à la Toussaint. Arrêtez-vous à la librairie de Louis Mercadié, au cœur du village, qui a écrit plusieurs ouvrages sur l’histoire de la région et l’émancipation des femmes (et qui discute volontiers !). Prenez le café au Moulin d’Alexandre et joignez vous à la conversation ou tendez l’oreille pour entendre le ruisseau et la roue à aubes.

 

Mangez, buvez, pêchez, baignez-vous et là seulement vous comprendrez. L’art et la douceur de vivre. L’amour des traditions mais sans conservatisme (une subtile nuance !). Le temps et votre esprit qui ralentissent. Ça fait du bien.

20180817_195005.jpg
Hélène en a profité pour réaliser un vieux rêve : s’initier à la pêche. Elle vous racontera ses prouesses prochainement ! Sans vouloir spoiler, ça a surtout consisté à nourrir les poissons.

La plage

Longez le Lot, passez sous le pont, et vous y voilà : Sainte-Eulalie beach ! La plage de la Grave, une grève de galets pâles le long de la rivière translucide. On n’a qu’une envie : s’y baigner tant elle est claire, jouer dans le courant, observer les petits poissons détaler à mesure que votre ombre avance, voir le jeu de la lumière se prendre dans les racines immergées.

IMG_5384

Ou bien juste boire une limonade ou une bière à la buvette, où vous tomberez peut-être sur Déborah et sa chienne Freya, les aventurières du blog Vagabonds Inspirés. Déborah est une grande voyageuse, elle aime l’Islande et les roadtrips en Kangoo aménagé, mais elle a ses racines en Aveyron et ne passe jamais trop de temps sans y revenir… Comme quoi les plus belles contrées rivalisent difficilement avec la vallée du Lot !! Freya a l’air d’accord, et comme Ruby elle vous dira que si vous cherchez une plage dog friendly, vous êtes au bon endroit. Aucun problème ici pour venir avec son chien, qu’il aime se baigner (comme Freya) ou juste faire la crêpe à distance respectable de l’eau (comme Ruby).

 

Ou sinon, louez un paddle ou un canoë chez O’Paddle d’Olt (ou même un vélo électrique) et allez vous balader le long de la rivière, qui devient en fait un lac dès qu’on passe le village de Sainte-Eulalie. C’est très tranquille, le paysage s’ouvre sur les collines, on s’y sent tellement bien. On a testé avec un ami venu nous retrouver quelques jours avec ses trois filles (6, 9 et 11 ans) et on peut vous dire que l’endroit est vraiment idéal pour les familles. De la place, de la nature, des activités dans un cadre hyper safe, on recommande si vous cherchez un coin pas trop bondé où profiter de vos loulous.

20180823_194853.jpg

Après la plage, c’est le camping municipal, et c’est là que nous sommes restées pendant deux semaines. Les emplacements ne sont pas trop nombreux, ils sont spacieux et certains d’entre eux sont au bord du Lot. On est à deux minutes de marche de la plage. Finis les embouteillages du littoral ! On se pose et ensuite on fait tout à pied, c’est quand même, et ben, le pied.

Et en saison, une fois par semaine, vous pourrez profiter de la soirée aligot-saucisse-concert sur la plage… et on peut vous dire que manger de l’aligot à la plage est juste un des plus grands plaisirs de la vie !

L’histoire du Moulin d’Alexandre

Si je vous dis que c’est le meilleur restaurant du monde, vous allez croire que j’exagère. En plus, il y a des tableaux de mon grand-père au mur donc forcément je ne suis pas très objective. Pourtant le Moulin d’Alexandre, c’est une institution locale depuis l’après-guerre, lorsque la famille Alexandre a racheté l’ancien moulin du village (d’où le nom du restaurant !). Le moulin est d’ailleurs toujours là, avec sa belle roue à aubes.

IMG_5378

Et les Alexandre sont toujours là, eux aussi ! Laurent, l’actuel propriétaire, est le petit-fils du créateur du restaurant. Il a succédé à son père Auguste, dit Gustou, aux emblématiques moustaches, qui vit toujours dans une partie du moulin et peut voir si les affaires marchent bien depuis sa fenêtre. Aujourd’hui, Laurent et sa femme Christelle, bosseurs au grand cœur, font tourner la maison du café du matin jusqu’au diner, elle en salle, lui aux fourneaux. Et cet été, la jeune génération était aussi de la partie puisque Camille, leur fille, aidait sa mère au service et Simon, leur fils, était en cuisine avec son père. Quand on vous dit que c’est une affaire de famille !

IMG_5383

Mais on mange quoi, au Moulin d’Alexandre ?

On mange local et de saison, pas parce que c’est à la mode, mais parce que la tradition ne s’est jamais interrompue. Donc pour le chou farci, repassez en hiver ! Les Alexandre se fournissent auprès de producteurs locaux qu’ils connaissent de longue date. Ils proposent une cuisine régionale généreuse, comme la tête de veau (la spécialité de la maison), le gigotin d’agneau, mais aussi des poissons comme le sandre ou la truite.

Eh mais attendez, elles sont pas censées être végétariennes les Deux dames en van ? Oui, c’est vrai, on est censées. Mais là en Aveyron on a juste lâché l’affaire. Il faut dire que les Aveyronnais ne croient pas vraiment au végétarisme !

On a eu cette discussion avec plusieurs personnes, c’était intéressant. En fait, le coin produisait du maraîchage il y a longtemps, mais les cultures se sont taries d’abord en raison de l’exode rural, ensuite pour des questions de rentabilité. Même la production de lait a diminué au profit de l’élevage qui, lui, reste rentable. En vrai, on a été bluffées par le goût et la qualité de la viande, qui vient de l’Aubrac ou du Ségala tout proches.

Mais les végétariens (les vrais, les purs et durs !) trouveront leur bonheur chez Alexandre avec l’omelette aux cèpes par exemple, le savoureux plateau de fromages (locaux of course) et les opulents desserts.

Prix : menu du jour le midi entrée-plat-dessert à 14 € ; menu entrée-plat-fromage-dessert à 24 € ; menu entrée froide-entrée chaude-plat-fromage-dessert à 30 € (prévoir le Digédryl et jeûner pendant les 48 heures suivantes). Le Moulin d’Alexandre fait aussi hôtel.

IMG_5226

Bon à savoir avant d’aller à Sainte-Eulalie : les Encaulats (c’est le nom des habitants, qui signifierait « mangeurs de choux », tout un programme !) ont un petit côté irréductibles Gaulois et réservent ainsi quelques facéties à leurs visiteurs. Par exemple, vous pouvez oublier votre carte bleue, elle ne vous servira à pas grand chose puisqu’il n’y a aucun distributeur dans le village et que ni le Moulin d’Alexandre, ni le paddle, ni le camping, notamment, ne prennent la carte. Donc n’oubliez pas de retirer des sous avant de venir, sinon vous en serez quitte pour un aller-retour à Saint-Geniez d’Olt, la ville voisine (à 2 kilomètres). Ou alors c’est le moment ou jamais d’exhumer votre chéquier !

En résumé, Sainte-Eulalie c’est tout ce qu’on aime dans le sud (la convivialité, le soleil, l’accent) sans tout ce qu’on n’aime pas (trop de gens, trop de moustiques, trop de fluo). Évidemment, cet article est totalement sentimental et subjectif. Il n’est le fruit d’aucun partenariat mais de nombreux coups de cœur. J’assume. Sachez toutefois qu’Hélène, qui n’a pas de lien avec la région, a adoré son séjour et veut revenir. Que nos amis ont adoré et veulent revenir. Que des gens du camping avec qui on a parlé ont adoré et veulent revenir. Je continue ou c’est bon ? Vous me croyez ?

IMG_5379
Juste pour le plaisir, un tableau de mon grand-père, quand même ! C’est rustique, hein.

Si vous aimez le slow tourisme, vous serez conquis. Pour moi c’était un vrai retour aux sources, mais je garantis que quiconque passe du temps à Sainte-Eulalie en reviendra ressourcé. Et sinon, je paie ma tournée d’aligot.

A suivre : des articles sur Saint-Geniez d’Olt, Rodez, Conques et puis… on prépare un road movie ! Mais bon, faut qu’on fasse le tri dans les six heures de rush qu’on a ramenées, qu’on apprenne à se servir d’un logiciel de montage et tout, donc c’est pas pour tout de suite !! Patience, patience…


2 réflexions sur “Sainte-Eulalie d’Olt, le retour aux sources

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s