#EnFranceAussi on aime les grands espaces : l’Aubrac en van

Après nos trois jours à Millau pour le Salon des blogueurs voyage #WAT18 en avril, on a passé quelques jours dans l’Aubrac en van et on a pris une grande claque tellement c’était beau. Accessoirement, j’ai chanté « Les lacs du Connemara » du matin au soir… et Dieu sait si elle reste dans la tête, cette chanson (et maintenant c’est vous qui l’avez dans la tête, héhé).

Cet article fait partie du RV inter-blogueur #EnFranceAussi, créé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs. Et ce RV fête ses cinq ans ce mois-ci ! Joyeux anniversaire ! D’ailleurs, qui dit anniversaire dit cadeaux et une foultitude de cadeaux sont à gagner sur les blogs participant au RV… Un cadeau vous attend donc à la fin de cet article. Et suivez le hashtag de près pour découvrir chaque jour de nouveaux articles qui vont vous faire aimer et redécouvrir la France. Hier, Sophie nous a fait découvrir l’île d’Aix et Martine nous a emmenés voir la faune de Camargue.

20180427_175157

« Terre brûlée au vent des landes de pierre… »

Jamais je n’aurais pensé citer Sardou dans un article, croyez-moi. Pourtant, l’Aubrac m’évoque justement les lacs d’Irlande et les landes d’Ecosse, avec ses immenses prairies recouvertes de mousse, l’âpreté des pierres dans les champs et les cieux changeants au-dessus de nous. Nous arrivons par la Lozère sur un plateau que l’on dirait aride alors qu’en réalité l’eau est omniprésente. C’est d’ailleurs ce que signifie le mot Aubrac : endroit humide, boueux. La route serpente d’abord à travers des forêts, puis les arbres se raréfient, le ciel se rapproche et l’horizon se dégage. Effet wow garanti.

IMG_4653

A song of ice and fire

L’Aubrac, c’est avant tout une lumière. Une clarté tantôt transparente, tantôt menaçante. Car oui, l’Aubrac n’a pas peur des contrastes et on y rencontre des paysages qui dégagent autant d’âpreté que de douceur. Comme si, il y a très longtemps, des forces opposées s’y étaient affrontées puis apaisées. Et c’est le cas : l’Aubrac a été une des régions les plus englacées du Massif Central pendant les dernières glaciations. Il en porte les traces dans ses lacs, la courbe de ses vallées et dans les précieuses tourbières qui régulent les eaux tout au long de l’année. Mais c’est aussi une ancienne terre volcanique, dont les magmas basaltiques aujourd’hui érodés donnent ces riches herbages où fleurissent les jonquilles en ce mois d’avril.

Voilà pour la géologie.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’Aubrac en van

Un tel endroit se prête parfaitement à la vanlife et aux roadtrips ! Nous l’avons traversé du sud vers le nord, en nous arrêtant deux jours entre Aubrac, côté Aveyron, et Nasbinals, côté Lozère. Alors on fait quoi dans l’Aubrac ? On marche et on mange, principalement. Et on se remplit les yeux et les poumons. L’un des chemins de Compostelle traverse l’Aubrac (la Via Podiensis), ce qui attire un tourisme slow et très respectueux de la nature. Il est possible depuis plusieurs villages de suivre une partie de la Via Podiensis le long des drailles, ces larges chemins bordés de murailles en pierre sèche qui marquent le trajet suivi par les troupeaux vers l’estive (et par les pèlerins aussi, donc).

IMG_4707

A noter ! Certaines parties des chemins sont interdites si vous êtes avec votre chien, notamment en période d’estive. Vérifiez bien les conditions avant de partir. En effet, les itinéraires traversent des propriétés privées, et notamment des pâturages avec de belles vaches qui n’ont peut-être pas envie de faire ami-ami avec votre Scooby-Doo.

IMG_4655

Pour les voyageurs en van ou autre maisonnette roulante, c’est vraiment cool. On a passé une nuit dans la station de ski du Fer à Cheval, très tranquille en mi-saison (mais il y a un parc d’accrobranche l’été). Il y a des tables à pique-nique et on peut faire des balades aux alentours. La deuxième nuit, on a dormi au camping de Nasbinals, super tranquille et joli, qui permet d’aller au village à pied (et de ne pas conduire en sortant du resto !). Par contre, prévoyez des vêtements chauds car l’amplitude thermique peut surprendre et passer de 23 degrés l’après-midi à… 3 degrés la nuit. Ruby a exceptionnellement eu le droit de dormir avec nous pour se réchauffer et nous réchauffer. Une terre de contrastes, on vous dit !

20180427_175157

Halte à Nasbinals

On vous recommande vraiment de vous arrêter dans ce charmant village construit autour de la belle église romane Sainte-Marie, qui date du 11ème siècle. On a vraiment aimé l’ambiance particulière de cet endroit où les randonneurs de Compostelle s’arrêtent depuis des siècles. Vous pouvez y trouver des hébergements vraiment pas chers, boire de la bière locale dans un des deux bars de la rue principale, boire un peu d’eau pure au lavoir et bien manger le soir au restaurant la Route d’Argent, où les marcheurs se retrouvent pour reprendre des forces… avec un aligot bien sûr. L’atmosphère est détendue, les gens échangent sur leur parcours de la journée et on entend parler français, hollandais, anglais ou allemand. (Et curieusement, on a moins froid la nuit quand on a l’estomac colmaté par de l’aligot et du bon vin).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Quelques saveurs végétales

Si l’Aubrac est connu pour sa viande, nous y avons aussi découvert des saveurs locales et végétales fortes en goût. Certes, il ne pousse pas beaucoup de légumes sur le plateau ! Mais on y trouve des herbes, des plantes et une eau unique. Et on peut faire des tas de trucs avec ça (et pas que des infusions). On a essayé le thé d’Aubrac, ou calament, une plante qu’on boit en tisane et qui a un goût mentholé. Apparemment c’est censé être relaxant mais moi je le trouve plutôt énergisant ! Il y a aussi de la gentiane sur le plateau, dont on fait une liqueur un peu amère qui se boit à l’apéro. Les deux ont des goûts de caractère, à l’image de ce territoire !

20180427_180654_bis

Mais il manque un dernier truc pour que la comparaison avec l’Irlande ou l’Ecosse soit parfaite : le whisky ! Et bien sachez qu’une distillerie a ouvert à Laguiole dans un ancien presbytère. Et oui. Et qu’on y produit du whisky et du gin d’Aubrac. On a découvert la boutique par hasard en se baladant. Apparemment, ce qui fait le caractère du whisky, c’est… l’eau qu’on utilise dedans ! Fou, hein. Et l’eau d’Aubrac, comme on a dit, elle est partout et d’une grande pureté. Ça donne un whisky plutôt doux et subtil. Voilà, du coup on n’a vraiment plus besoin d’aller là-bas au Connemaraaaaaa.

IMG_4825

La route des thermes

L’Aubrac est à cheval sur les trois départements de l’Aveyron, de la Lozère et du Cantal. Nous passons dans la partie cantaloue en remontant vers le nord et la rivière de la Truyère qui délimite la fin du plateau. La route est incroyablement belle, on n’y croise pas grand monde. Elle traverse des steppes pelées aux burons abandonnés où quelques vaches aux belles cornes et aux yeux de khôl maternent leurs jeunes veaux et nous regardent passer placidement. Puis les arbres reviennent, la forêt de pins, et nous traversons une petite station de ski déserte. Enfin, nous arrivons sur la route des thermes, qui monte sur les crêtes après Chaudes-Aigues. La vue porte cette fois jusqu’aux monts du Cantal encore enneigés. Les nuages filtrent la lumière au rythme des averses.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous nous arrêtons pour la nuit au bord de la retenue de Grandval, sur la Truyère. Ce paysage est grandiose, il parait tellement sauvage alors qu’il a été façonné par la main de l’homme. On se pose sur une petite presqu’île à côté de la base nautique. Ici la végétation semble presque méditerranéenne. Des parterres de fleurs jaunes et violettes ondulent dans le vent. La nuit est calme, il n’y a que nous.

IMG_4800

20180428_184522

La dernière étape de ce roadtrip est le viaduc de Garabit, qui enjambe la Truyère de ses poutrelles métalliques rouges et marque la sortie de l’Aubrac. Il a été construit par Gustave Eiffel dans les années 1880. Il est aujourd’hui classé aux monuments historiques.

IMG_4839

Pour nous, il est temps de rejoindre des contrées moins sauvages, car la météo prévoit des chutes de neige dans les jours suivants (y a plus de saison !) et qu’on a bien compris que l’Aubrac pouvait être rude quand il le voulait. Mais je vous garantis qu’on a eu un bon « Aubrac blues » en rentrant… et d’ailleurs… c’est fort possible qu’on y retourne dès cet été !

IMG_4816

Si ça vous dit d’aller en Aubrac vous aussi, on vous recommande la brochure « Aubrac au cœur » pour les itinéraires de balade autour de Nasbinals, Saint-Urcize et Aubrac.

Et si ça vous dit de vous balader dans toute la région, on vous offre un Géoguide Auvergne 2018 pour les cinq ans du RV #EnFranceAussi ! Pour ça, c’est facile, il suffit de commenter ci-dessous ET sur la page FB du RV. Bonne chance !

La fête #EnFranceAussi continue avec toujours plus de cadeaux (dont des bons Gîtes de France) et de super articles ! Aujourd’hui, Pierre nous emmène dans son Grand Est. Demain, direction chez Lili de Jolis Voyages (Breizh power!) et chez Benoit des Yeux plus grands que le monde.

 

Et pendant ce temps, Ruby aime les endroits.

IMG_4717


33 réflexions sur “#EnFranceAussi on aime les grands espaces : l’Aubrac en van

  1. Allez hop je mets l’Aubrac dans la liste de nos envies grâce à votre article ! Ce serait top de remporter le guide. Belle journée à toutes les 2, Sandrine

    J'aime

  2. Nous aussi avons eu l’occasion de traverser l’Aubrac, dans notre camping car, le vrai dépaysement, une vraie terre de contrastes, loin des foules ! Merci pour ton article fort intéressant, qui me donne envie d’y retourner, à bientôt !

    J'aime

  3. Je suis allée dans le Cantal mais je ne connais pas l’aubrac. J’adore les endroits si typiques donc je mets dans ma to do liste 😁

    J'aime

  4. Très bel article et belles photos qui représentent bien l’atmosphère et l’ambiance de ces lieux que je chéris tant ! Je me sens quand même chanceuse d’habiter au pied de l’Aubrac !
    La prochaine fois que vous y allez, ne manquez pas la partie qui descend dans la vallée du Lot du côté de St Geniez d’Olt, c’est magnifique et vertigineux…! Et des panoramas encore différents ! 😊

    J'aime

    1. Merci, ça nous fait plaisir venant de ta part !! En fait, on va revenir cet été justement dans la vallée du Lot, probablement en se basant à Sainte-Eulalie, où mon grand-père est né. On s’y croisera peut-être !

      J'aime

      1. Ah on va s’y croiser c’est sûr, je travaille pour la saison à Ste Eulalie ! Venez vous tremper à la plage de la Grave, boire une bonne bière ou faire du paddle ou un tour en bateau solaire, c’est là que je serai 😊

        J'aime

  5. Quelle belle présentation des lieux. Votre article donne vraiment envie de partir sur vos traces, (faire tout pareil tiens, avec un van et une Ruby)
    Y a pas on doit s’y sentir vraiment bien.

    J'aime

    1. Oui comme on est (globalement) végétariennes, on essaie de mettre en avant d’autres types de spécialités que la viande ! Si tu y vas n’oublie pas ta petite laine alors !

      J'aime

  6. Ah, comme j’aime les grands espaces ! Je pense que je me plairais bien dans l’Aubrac, il faut vraiment que j’aille y faire un tour 🙂 Merci pour cette belle découverte ^^

    J'aime

  7. L’Aubrac, c’est rude, il fait froid, il y a du vent, mais qu’est ce que c’est beau ! J’adore ce genre de paysage désertique soumis à la nature, sans personne. C’est pas le moment de tomber en panne lol Et puis le froid quand on peut se réchauffer avec un aligot dans un buron, c’est pas un problème ^^ (mais j’avoue à l’origine j’avais penser camper vers Nasbinals en tente, mais on a vite oublié l’idée pour se réfugier dans une chambre d’hôtes en bas du plateau héhé)

    J'aime

    1. C’est tout à fait ça !! Et il y a même des endroits où tu captes pas, c’est déconnexion forcée !! Par contre c’est clair que vous auriez eu vraiment froid au camping de Nasbinals (même s’ils prévoient une salle commune avec une cheminée ^^), je crois que vous avez fait le bon choix…

      J'aime

  8. Nous avons traversé la région lors d’un retour de vacances et il me semble qu’on s’était arrêtés le temps d’une petite marche jusqu’à une cascade dont j’ai oublié le nom (il faudrait que je recherche dans mes albums…). Ce qui me plairait c’est participer à une transhumance sur ce plateau… Et puis faire quelques petites randos bien sûr histoire de s’imprégner des paysages. En attendant merci pour ce partage !

    J'aime

    1. Oui la transhumance ça doit être quelque chose de super ! Là on avait calqué nos dates sur le salon des blogueurs voyage mais une prochaine fois on aimerait bien le faire aussi. C’est en mai je crois. Merci pour ton commentaire !

      J'aime

  9. Aaah j’avais déjà envie d’aller en aubrac, vous me donnez encore plus envie ! C’est vrai que ca a l’air de ressembler au connemara un peu! En plus vous avez l’air de ne pas être très chanceuse niveau météo.. Déjà Luchon sous la neige, là aubrac sous la pluie… 😀

    J'aime

    1. Oui je pense que ça te plairait ! Bon c’est un peu la plaine comparé à là où tu vis, mais c’est superbe quand même. Et il y a de la neige en hiver !
      Quant au temps, tu as raison, on n’a pas toujours de la chance !! Mais y a plus de saisons ma bonne dame !!

      J'aime

  10. Je ne connais pas du tout ce coin, mais j’ai comme une envie d’Auvergne maintenant, c’est malin ! Merci pour ce bel article, et pour le jeu !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s