Un aligot à Paris

C’est le premier du mois, et qui dit premier du mois dit #EnFranceAussi, ce merveilleux RV interblogueur créé par Sylvie du blog Le coin des voyageurs et qui nous permet de découvrir des tas de beaux endroits en France. Ce mois-ci, c’est Chacha du blog Les aventures de la tribu de Chacha qui a choisi un thème odorant et dégoulinant : « Fromages » !

Pas de bol pour nous, on n’est pas très fan ni l’une ni l’autre. Bon, on se disait qu’on allait passer notre tour pour cette fois quand – tadam – on a eu une illumination !! On va vous parler d’un bon aligot qu’on a mangé à Paris récemment. Vu tout le fromage qu’il y a dans l’aligot, on est largement dans le thème 😉 Du coup les photos n’étaient pas prises exprès, vous nous pardonnerez 😉

C’était début octobre en rentrant de notre roadtrip dans le Lot. Le temps parisien était tout gris, on était blasées après ce beau voyage et soudain j’ai vu passer un tweet alléchant annonçant le marché des pays de l’Aveyron ! « Hé chérie, un aligot ce week-end ça te dit ? » Banco.

 

IMG_20171007_140856

 

En fait le marché a lieu chaque année à cette période et il compte son lot d’habitués, comme on a compris en faisant la queue pour notre aligot. Deux dames derrière nous se félicitaient d’être là le samedi et pas le dimanche comme l’an dernier, parce qu’il n’y avait plus rien à bouffer le dimanche, je cite. On se félicite du même coup.

L’ambiance est vraiment sympa, on est à côté de Bercy  dans les rues vers le Cour Saint-Emilion. Plein de stands de victuailles, de vin, de produits artisanaux. J’achète une fouace qui me rappelle les vacances à Sainte-Eulalie d’Olt, le village natal de mon grand-père dans l’Aveyron. C’est une brioche bien dense à la croûte épaisse, parfumée à la fleur d’oranger. Il y a un orchestre de musique traditionnelle et l’équipe parisienne de quilles aveyronnaises (un mélange de bowling et de molky). Les gens viennent en famille, se saluent, descendent tranquillement un bon nombre de bouteilles de vin.

 

IMG_20171007_144138

 

Et le fromage alors ??? Attendez, on y arrive. Donc on attend dans la queue pour le stand d’aligot. Derrière, des mecs le préparent dans des cuves à l’ancienne, avec une spatule géante. Mais alors il y a quoi dedans ? Facile. L’aligot, c’est quelqu’un qui s’est dit un jour : « J’adore la purée. J’adore la fondue. Eh, si on mélangeait les deux ? » Pif paf pouf, des patates, de l’ail, de la tomme fraiche et… un peu de crème bien sûr, sinon c’était un poil léger. Pas l’ombre d’un légume (c’est dangereux). On récupère notre barquette (portion généreuse), un petit verre de Marcillac là-dessus et on va se poser pour déguster tout ça. Goûtu, fondant et super-roboratif, y a pas à dire, c’est du bon.

 

 

Ça me fait rire parce que la spécialité de mon grand-père (aveyronnais, donc) c’était la pascade. Et la pascade, c’est quelqu’un qui s’est dit un jour : « J’adore les crêpes. J’adore les omelettes. Eh, si on mélangeait les deux ? » Et pas l’ombre d’un légume non plus (ail et oignon, ça compte pas). Alors je me demande si c’est ça le secret de la cuisine aveyronnaise. Et si ce sont les Aveyronnais qui ont inventé le cheese nan et le sandwich cordon bleu.  Je ne serais pas surprise.

Pour retrouver des tas d’autres histoires fromagères, suivez le #EnFranceAussi sur les réseaux sociaux !

 


24 réflexions sur “Un aligot à Paris

  1. Excellent. Comme quoi les inventions au départ saugrenues ça a du bon.
    Ado, avec mon frère de lait on adorait les merguez et la confiture de fraise. Un jour on s’est dit: « Tiens et si … »
    C’est sympa ce petit coin Cour st Emilion.
    Une fois par an ce marché. A l’année prochaine donc.
    Merci mesdames pour l’info.
    Des bisous (comme dit Béatrice) plein vos joues.

    J'aime

      1. Oui on l’a fait. Un jour en mangeant des merguez ultra piquante on cherchait un truc pour adoucir. On avait un pot de confiture à la fraise sous la main. Quand on est jeune et con, on est cap de tout. Bisous les filles.

        Aimé par 1 personne

  2. Pour des filles pas très fan de fromage, c’est surprenant que vous aimiez l’aligot, car on sent bien pourtant le goût du fromage. Enfin, mon fils n’aime pas le fromage mais quand il est fondu ça passe, et donc par exemple il adore la tartiflette… Pour ce qui est de l’aligot, ça me fait penser aux vacances dans le Cantal (même si je préfère toutefois la truffade)… Merci donc pour ces jolis souvenirs de vacances qui remontent à la surface grâce à votre aligot parisien !

    J'aime

    1. Tu as déjà essayé d’en faire un toi-même ? Moi je ne m’y risquerai pas ! A Paris, grâce à l’importante communauté aveyronnaise, il y a de bons restos pour en manger, par exemple le Plomb du Cantal. Merci pour ton commentaire!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s